TEMOIGNAGE DE CEDRIC

CEDRIC (70) : PERMIS MOTO SOLO

Cédric a la trentaine passée. Il est électromécanicien de formation, passionné de mécanique et fou de motos depuis toujours. Comme beaucoup d'entre nous, l'aventure commence à 14 ans, au guidon d'un 49,9 cm3, qu'il n'a pas pu s'empêcher de démonter dès le deuxième jour pour le repeindre... La couleur d'origine ne lui convenait pas !
Les années passent et le besoin de bricoler et d'expérimenter le titille toujours.
Mais les expérimentations sont plus aventureuses, voire plus hasardeuses, dangereuses. Sa curiosité, ses côtés touche à tout et  inventif, mais malheureusement aussi à 16 ans, le côté trompe-la-mort de l'adolescence l'amène à jouer avec des cocktails détonants. Il y laissera sa main gauche.
A 17 ans, il est appareillé d'une prothèse mécanique qu'il maîtrise très vite, la préférant à celle myoélectrique qui ne lui convient pas. Comme le démon de la bricole lui est toujours chevillé au corps, c'est avec l'assentiment un peu forcé de son prothésiste qu'il en assure le service après-vente et en gère lui-même la maintenance.
Et la passion de la moto dans tout ça, où en est-elle ? Elle perdure.
Avec un de ses meilleurs amis, Cédric achète une 350 OSSA MAR pour jouer à cache-cache avec la maréchaussée dans les champs et les petites départementales. Puis plus tard, ce sera l'achat d'une Kawasaki 600 KLR, qui dormira quelques années dans le fond de son garage.
A 18 ans, le permis voiture, la famille, la maison, le travail et comme l'on fait beaucoup d'entre nous, Cédric met son envie de guidon de côté. Il se dit que vu la complexité à laquelle il fut confronté lors du passage du permis auto, alors pour ce qui est de se lancer dans le permis moto, il faut mieux oublier !...
Les années défilent et Cédric occupe le temps qui passe avec ses passions pour la mécanique et le bricolage. Mais ses potes ne le lâchent pas, ils sont à ses fesses, pour ne pas dire qu'ils les lui bottent... "Alors, tu le passes quand ce permis moto ?"
Cédric a 29 ans et c'est sur internet qu'il trouve le sésame qui lui ouvre la voie vers le précieux document. Cette fois encore, c'est Marc qui l'accueillera au téléphone de la permanence HMS. Il lui remet le pied au "repose pied". Nous sommes en 2016 et fort des enseignements de Marc, Cédric se lance dans l'aventure avec une première étape rapidement franchie, le code, qu'il obtient le jour de ses 30 ans !...
Puis commence la longue attente pour pouvoir disposer d'un véhicule adapté à son handicap. Le changement des règles du permis et le renouvellement du parc motos chez HMS met un frein temporaire à l'aventure de Cédric. Finalement tout arrive et en 2019, la moto est enfin livrée. Cédric peut s'inscrire chez EC PLUS, une moto-école de Luxeuil-les-Bains (70), où il est pris en charge par le patron de l'auto-école, Juan Basilio Diosdado appelé communément JB et par Christian Garot qui le forment et l'amènent rapidement au permis. Cédric a 32 ans.
Pour JB, cela n'a pas été une première puisque dans les années 90, il avait formé un candidat atteint de paralysie partielle à la jambe droite. Pour se faire, avec l'aide du concessionnaire, il avait modifié le frein arrière d'une Yamaha Virago pour l'adapter à l'handicap de son candidat. JB fort de son expérience de moniteur de moto-école, a testé la moto HMS et fait part de ses commentaires pour que Cédric en accord avec Marc, puisse peaufiner les réglages pour les mettre à sa main. Pour JB, le travail avec Cédric a été enrichissant et lui a permis de travailler avec une moto HMS ; HMS auquel il souhaite longue vie. Futurs candidats au permis moto de Haute-Saône pensez à EC PLUS, cette moto-école saura vous mener au permis.
Ces longs mois à attendre une moto, font que Cédric se donne à fond pour la restituer et ne pas faire attendre plus que nécessaire le candidat suivant inscrit sur la liste d'attente de l'association.
Il est désormais temps pour Cédric de ressortir la bonne vieille Kawasaki 600 KLR du fond du garage et de faire appel à son génie de la bricole pour transférer les commandes main gauche à droite...
Et aujourd'hui, ça roule pour Cédric.